ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Revue de Synthèse

0035-1776
 

 ARTICLE VOL 116/1 - 1995  - pp.27-54  - doi:10.1007/BF03181266
TITRE
Les «Faits scientifiques» et leur public: l’histoire de la détection de la syphilis

RÉSUMÉ

Au cours des années 1910 et 1920, les effets conjugués des idées savantes sur la spécifucité des anticorps, de la croyance profane à l’existence d’un sang syphilitique et de l’importance attribuée à la détection de la syphilis par les autorités sanitaires ont permis de transformer un test diagnostique peu efficace, la réaction de Wassermann, en «fait scientifique» incontestable. Ce fait scientifique établit l’équivalence «individu Wassermann positif = personne infectée par l’agent étiologique de la syphilis, la bactérieTreponema pallidum». Il a ainsi modifié les représentations profanes de la syphilis et les politiques de santé. Tenu pour solide pendant une trentaine d’années, ce «fait scientifique» fut toutefois déstabilisé dans les années 1950 en raison du hiatus croissant entre les résultats accumulés grâce à la diffusion massive du test de Wassermann et les données épidémiologiques sur la prévalence de la syphilis, et de la comparaison entre les résultats de la réaction de Wassermann et ceux des nouveaux tests diagnostiques spécifiques du tréponème. Un pourcentage élevé de personnes «Wassermann positives» fut alors redéfini comme des «faux positifs biologiques», soit des individus souffrant de pathologies autres que la syphilis, mais cependant capables d’induire une réaction Wassermann positive. L’équivalence «personne Wassermann positive = individu infecté parTreponema pallidum» fut remplacée par l’équation «personne Wassermann positive = individu infecté par le tréponèmeou faux positif biologique». La nouvelle vision de la réaction de Wassermann modifia à son tour les pratiques des professionnels et les représentations que le grand public se fait de la maladie. L’histoire de la détection de la syphilis illustre les interactions complexes entre «faits scientifiques» et «faits sociaux» et l’interdépendance de leur évolution.



ABSTRACT

In the 1910’s and 1920’s, thanks to the conjunction of scientific views concerning the specificity of anti-bacterial antibodies, of lay ideas about the existence of anti-bacterial antibodies and of the perceived importance of developing a syphilis test for public health officials, the community of serologists collectively transformed a relatively inefficient diagnostic test described by Wassermann in 1906 into an “incontestable scientific fact”. This “scientific fact” established the equivalence: Wassermann positive individual = person infected with the germTreponema pallidum, the etiological agent of syphilis. It modified the boundaries of the nosologic entity “syphilis”, medical practices, professional attitudes, lay perceptions of syphilis, and health policies.

In the 1950’s, however, discrepancies between Wassermann test data and epidemiological data and, on the other hand, the development of specific anti-treponemal tests, destabilized the previously stabilized “scientific fact”. A high percentage of Wassermann positive individuals were redefined as “biological false positifs”, that is persons who suffered from chronic affections able to induce positive results of the Wassermann test. The equivalence Wassermann positive person = individual infected byTreponema pallidum was replaced by the equation: Wassermann positive. The new perception of the Wassermann test again changed scientific views, professional practices and lay beliefs. The history of the Wassermann reaction illustrates the complicated interaction between “scientific facts” and “social facts”, and the mutual shaping of both.



AUTEUR(S)
Ilana LÖWY

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (1,83 Mo)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier