ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Revue de Synthèse

0035-1776
 

 ARTICLE VOL 116/1 - 1995  - pp.5-25  - doi:10.1007/BF03181265
TITRE
Qu’est-ce qu’être idéaliste en politique? la réponse de Hegel

RÉSUMÉ

Selon Hegel, «la philosophie ne fait rien d’autre que changer les représentations en pensées» et, ultérieurement, «la simple pensée en concept». La philosophie politique ne doit rien faire d’autre non plus: elle doit changer en «pensées» les représentations que nous nous faisons de nos institutions sociales et politiques, mais aussi les représentations que nous adoptons comme buts de nos actions. Elle doit montrer qu’un «concept» ou, en fin de compte, uneIdée est comprise en elles: l’Idée de liberté. Tel est le sens de cetidéalisme politique, clarifié ici à partir de l’analyse de la distinction fondamentale établie par Hegel entre une philosophie de la subjectivité ou de la conscience, et un idéalisme de l’esprit.



ABSTRACT

According to Hegel, “philosophy does nothing but transform representations into thoughts” — and goes on “to transform the mere thought into the Concept”. Political philosophy should not do anything else: it should transform into thoughts the representations we have of our political and social institutions, but also the representations we adopt as purposes of our actions. It must establish that a “concept” and, ultimately, anIdea — the Idea of freedom — inheres in them. The meaning of this politicalidealism is clarified here on the basis of the distinction, drawn by Hegel himself, between a philosophy of subjectivity or consciousness and an idealism of the spirit.



AUTEUR(S)
Myriam BIENENSTOCK

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (1,33 Mo)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier